La route d'Ampriani

Depuis plusieurs années, on aborde la descente vers Ampriani avec une certaine appréhension: la route D 116 s'effondre littéralement et rend la conduite particulièrement hasardeuse. La montagne est en train de dégringoler dans la vallée à cause d'un énorme éboulement de terrain. C'est en quelque sorte un remake du "salaire de la peur", transport de nitroglycérine en moins (enfin, je l'espère pour le conducteur et ses éventuels passagers !) et le regretté Charles Vanel en moins aussi.

Pourquoi cet aléa routier ? En fait la route a été taillée dans des schistes lustrés sur lesquels s'appuient des matériaux détritiques particulièrement instables ( certains blocs de roche pèsent plusieurs tonnes!). La couche schisteuse sous-jacente est inclinée dans le sens du versant de la montagne et joue en quelque sorte le rôle d'une piste de ski: de ce fait, la couche détritique, lubrifiée par une nappe d'eau (bien visible au moment des pluies), glisse inexorablement par gravité, et ce d'autant plus facilement que l'entaille de la route a provoqué une rupture de pente, facilitant ce que les géomorphologues appellent de la solifluxion. Les ingénieurs-géologues qui travaillent sur les routes de montagne sont souvent confrontés à ces problèmes d'éboulement de terrain, comme sur la route Aléria-Corté par exemple. On a là un exemple caractéristique de la déstabilisation du milieu naturel par l'homme, mais il faut bien que les villages soient désenclavés par une voie de communication.

Pourquoi la route d'Ampriani dégringole...

 

Tout ça pour faire comprendre que la réfection de la route va demander du boulot et un budget conséquent à la collectivité concernée par la réparation...

Malgré les travaux entrepris à moindre coût (bâclés ?) par le Conseil Général, la route dégringole toujours, inexorablement....

Une seule solution: modifier le tracé de la route....    à suivre

matériel détritique superficiel

A falata d'Ampriani